• Enfermé

     

    Enfermé
    © Rose P. Katell (tous droits réservés)
    Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l’article L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

    ____________________________________________________________________________________________________________

     

    Peter n’en pouvait plus d’être enfermé dans cet endroit si sombre.

    Il y était depuis tellement longtemps déjà… Si longtemps qu’il lui était incapable de dire depuis quand il y était précisément. Peut-être était-ce cinq ans ? Peut-être plus ? Seul l’Autre pouvait le savoir. Mais dorénavant, l’Autre ne se souciait plus de lui… C’était à peine s’il parvenait à se souvenir de son existence.

    Pourtant, auparavant, ils avaient été proches, presque comme des frères. Ils étaient toujours sur la même longueur d’onde et arrivaient à s’amuser. Peter se rappelait très bien la fois où ils avaient bâti un château de sable, fiers comme des coqs, jusqu’à ce que la mer vienne prendre leur construction, les laissant tristes. Ou encore du jour où, partis en croisière, ils s’étaient imaginé être des aventuriers s’en allant chercher un quelconque trésor…

    L’Autre avait oublié tout ça ; il avait grandi et le gardait prisonnier, comme pour ne plus se souvenir de son existence à chaque fois qu’il l’apercevait.

    Les rares moments où il l’autorisait à voir ce qu’il faisait, Peter n’en éprouvait aucune joie ou satisfaction. Celui dont il avait été si proche n’était plus que l’ombre de lui-même. Une machine organique programmée pour travailler, manger et dormir… répétant inlassablement le même cycle. Chaque jour de sa vie était identique au précédent, aucune note de fantaisie ne venait égayer ses journées et… aucun rire non plus. L’imagination lui était devenue chose inconnue et ceux qui en faisaient preuve l’énervaient, le révulsaient. L’argent et l’avenir étaient les uniques valeurs – essentielles selon lui – le préoccupant.

    L’Autre n’avait plus rien à voir avec celui que Peter avait connu… C’était maintenant un étranger à ses yeux.

    Forcé d’être seul tous les jours, Peter ne pouvait s’empêcher de tuer le temps en repensant aux bons moments passés avec lui jadis. Leur voyage à la mer – le tout premier – alors qu’ils n’étaient que de jeunes enfants. Leur premier jour de classe. La fois où ils étaient partis dans un parc d’attractions. Et bien d’autres encore comme les fêtes, les balades en forêt, les sorties au cinéma, leurs premiers amours, les soirées entre amis, etc.

    Peter regrettait ces instants de joie qu’il chérissait plus que tout, malgré les petits tracas qu’ils avaient eus, ou les quelques mésaventures qui leur étaient arrivées. En effet, comment oublier le jour où l’Autre s’était coincé la tête entre deux des rambardes de l’escalier ? Les fois où ils avaient été injustement punis ? Les rares heures de colle qu’ils s’étaient prise ou encore le matin de juin où l’Autre s’était fait larguer ?

    Bien que ça n’ait pas toujours été facile, Peter aurait voulu que ce temps dure indéfiniment et donnerait tout ce qu’il possédait pour sortir, ne serait-ce qu’une heure, de cet endroit si noir, voire sordide par moment. Il donnerait tout pour revivre ces instants de bonheur, mais… il savait hélas que l’Autre ne le laisserait pas s’échapper, qu’il ne ferait rien de tout cela. Il faudrait déjà qu’il se rappelle son existence pour ça, mais cela faisait tellement longtemps qu’il l’avait enfermé là que Peter était persuadé qu’il avait même tout oublié de son existence…

    Il était déjà bien trop tard pour qu’il se souvienne de lui, beaucoup trop tard pour qu’il rouvre la porte…

    Car l’Autre avait complètement oublié l’enfant qui était en lui…

     


  • Commentaires

    1
    Neliia
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 16:55

    NOOOOON ! NON ! NON ! ET NON ! Moi je pensais que c'était son ami imaginaire. Je voulais que ça soit ça !

    Puis que c'est comme ça moi et mon gamin boudeur, on te boude ! Et on te dira pas qu'on a bien aimé et que c'était bien écrit et que c'était original. ET BIM.

      • Vendredi 20 Novembre 2015 à 20:33

        Bon bah, dans ce cas, je ne te dirais pas que je te remercie :p

    2
    Pauline
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 18:26

    YATA ! J'avais deviné ! Trop forte :)

    C'est triste en même temps mais je ne désespère pas : les grands enfants existent et existeront toujours !!

    J'ai bien aimé la qualité du texte, c'était fluide et facile à lire.

      • Vendredi 20 Novembre 2015 à 20:34

        Félicitations pour avoir deviné ^^
        Je suis contente que ça t'ait plu et te remercie pour avoir commenté :)

    3
    Olivia
    Dimanche 22 Novembre 2015 à 14:19

    Bonjour, j'ai bien aimé votre nouvelle, c'est vrai que les meilleurs souvenirs de notre vie sont ceux de notre enfance quand nous sommes insouciants et heureux, nous n'avons qu'à nous amuser et nos parents prennent soin de nous, ensuite la vie d'adulte est pleine d’embûches. Je vous souhaite un bon dimanche money 

      • Dimanche 22 Novembre 2015 à 14:24

        Merci d'être passée lire cette nouvelle Olivia, ça me touche beaucoup :)
        Un grand merci également pour le partage Facebook !

      • Olivia
        Dimanche 22 Novembre 2015 à 23:20

        happy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :