• Petit extrait

     

    Bonsoir !

    Je vous avais promis un extrait de mon histoire en cours, le voici ;)
    N'hésitez pas à me donner votre avis, je serai ravie de le connaître ^^
     
    Rose
     
      
     
    EXTRAIT :
     
     
     
    « La douleur.
    Elle était la chose la plus présente dans l’esprit de Caleb. Elle l’accaparait, l’empêchait de reprendre sa respiration. Tout son être souffrait. Il n’en pouvait plus.
    Qu’était-il arrivé ?
    Il ne se souvenait de rien. Il marchait et puis… et puis, le noir absolu.
    Il aurait aimé bouger, mais s’en sentait bien incapable. Son corps lui donnait l’impression d’être en miettes. Arriverait-on seulement à en recoller les morceaux ? Caleb en doutait.
    Un froid intense s’empara de son être. Froid contre lequel il lutta. Quelque chose en son for intérieur lui interdisait de céder, l’avertissait qu’il courrait un danger s’il ne se battait pas contre cette sensation malvenue.
    Des sons lui parvenaient, étouffés. Était-ce des cris ? Il ne pouvait l’affirmer. Dans un effort surhumain, après plusieurs tentatives, il réussit à ouvrir ses paupières.
    Une jeune femme se tenait penchée sur lui.
    S’il l’avait pu, il en aurait sursauté. Qui était-elle ? Il ne l’avait encore jamais vue au lycée, il en était certain ! Il s’en serait souvenu s’il avait déjà croisé un tel regard : vert, hypnotisant au possible et incroyablement sûr de lui. Qui que soit cette fille, elle semblait déterminée. Mais à quoi ? Cela, Caleb n’en savait rien.
    Il tenta de lui parler, de lui demander ce qui se passait, mais il en fut incapable. La douleur le maintenant prisonnier, faisait de lui son pantin.
    — Chut, lui intima la jeune femme.
    Sa voix douce contrastait avec son air froid.
    — N’aie pas peur, je ne te veux aucun mal. Je suis venue pour t’aider.
    À la façon dont elle lui souriait, il aurait pu penser qu’ils se connaissaient depuis de longues années.
    Sans savoir pourquoi, il avait envie de faire confiance à cette femme. Si elle disait être là pour lui apporter son aide, aussi dingue que ça puisse paraître, il la croyait. Son esprit refusait de raisonner autrement.
    Curieux d’apprendre son identité, il se défendit encore plus contre le froid l’envahissant. Il devait bien être capable de poser une simple question, bon sang !
    — Non. Ne lutte pas. Il est trop tard pour ça.
    Trop tard ? Mais pour quoi ? se demanda-t-il. »
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :