• Plume et Pendule : Bilan du mois de septembre

     

    Bonjour !


    Le premier mois du challenge Plume et Pendule est terminé depuis quelques jours, il est temps pour moi de vous en faire un petit bilan happy

    Donc...

    Ce challenge a plutôt bien démarré pour moi. Très bien même !

    Je n'ai pas encore travaillé sur le pacte de l'ange, ma trilogie fantastique, mais j'ai su écrire 14 000 mots sur l'histoire de Caleb malgré les préparatifs du salon Rétro Made in Asia. Je suis donc assez fière de moi.
    J'ai pris la décision de finir l'histoire de Caleb (qui, comme vous pouvez le remarquer, n'a toujours pas de titre) avant de passer au pacte de l'ange, pour de ne pas travailler trop de projets en même temps.

    C'est un plaisir de travailler avec ma partenaire : Serenya, car elle ne dit jamais non à un petit défi, m'offre de la lecture pratiquement toutes les semaines et est toujours là pour m'encourager quand j'en ai besoin ^^
    En plus d'être une auteur dont j'aime beaucoup la plume, c'est une lectrice fidèle. Elle lit les chapitres de l'histoire de Caleb bien plus vite que je ne les écris !

    Pour fêter ce premier mois de challenge, je vous propose un petit extrait du premier jet de mon roman en cours. Celui-ci parle d'un personnage que je n'ai pas encore eu l'occasion de vous présenter : Claire wink2

     

    Rose

     

    EXTRAIT :

     

    « Un cri semblable à un rire lui fit relever la tête. Quelques mouettes survolaient la rue, en quête de nourriture abandonnée par les habitants. Claire inspira un grand coup, mais ne réussit pas à sentir ce qu’elle voulait ; de là où elle se tenait, pour une personne qui ne connaissait pas les environs, il était impossible de savoir que la mer était proche. Pourtant, aux points culminants de son village, elle s’offrait à la vue des promeneurs, berçait ceux qui étaient capables d’entendre son chant. Ce spectacle l’apaisait tellement que la jeune fille s’y rendait chaque fois que sa mère jugeait qu’elle avait assez travaillé pour la journée. De temps en temps, Émilie l’y accompagnait.
    [...]
    Malgré le mauvais temps, Claire fut heureuse de retrouver l’aspect plus rural de son village.
    Fleurs et buissons se partageaient les bords des rues ; çà et là, quelques arbres offraient des coins d’ombres appréciables en été. Ici, nul besoin de trottoirs : la circulation était faible, presque inexistante. Les habitants se déplaçaient le plus souvent à pied ou à vélo.
    L'adolescente avait toujours aimé observer les maisons qui l’entouraient. Dans son village, toutes étaient identiques et différentes à la fois. Peintes en blanches, recouvertes de tuiles orangées, aucune n’arborait pourtant la même taille et la même disposition que la précédente. De loin, on pouvait presque croire qu’elles étaient toutes reliées entre elles, comme pour former un tableau aux allures champêtre.
    Cette vision l’apaisa suffisamment pour qu’elle chasse l’épisode de la bousculade dans son esprit et franchisse le seuil de sa maison plus sereine. Il ne pleuvait pas encore. »

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :